Joseph LAUBAIN - Cercle royal 'Art et Histoire' de Gembloux

de Gembloux
Art et Histoire
Cercle royal
Aller au contenu

Joseph LAUBAIN

Patrimoine

Industriel -très probablement coutelier-, né à Gembloux le 26 février 1877, Joseph LAUBAIN est connu comme compositeur, écrivain wallon, poète local, conteur, auteur dramaturge, maniant le wallon de façon remarquable.
Il publia, en 1906, sa première pièce "Li somnambule", œuvre en un acte, qui fut jouée par la dramatique "L'Essor", section de la jeune garde libérale de Gembloux.
Plusieurs de ses œuvres furent retenues à différents concours de littérature wallonne. Il obtint des prix à Namur, à Bruxelles et en 1930, un jury liégeois lui octroya le Grand Prix du Trianon pour l'ensemble de ses œuvres.
Joseph Laubain est l'auteur du chant local "Les Efants d' Djibloû", devenu depuis 1949, le chant officiel de la ville.
On lui doit aussi un roman "Solia d'Amour", hymne au soleil, grand maître de la terre, et à l'amour, force suprême qui régit le monde.
A plusieurs reprises, ses oeuvres furent primées et notamment en 1929 où il reçu le grand prix de la Société d'encouragement à l'art wallon.
Membre effectif du cercle Lès Rèlîs Namurwès, il fut président d'honneur de "Art et Folklore" qui deviendra plus tard l'actuel Cercle royal "Art et Histoire".
Il mourut le 2 février 1952 à Gembloux.

- Li somnambule
- Solia d'Amour
- Po l'bonheur des èfants
- Djalote
- Les r'nâds, comédie en un acte
- Li vis Lodjiss, comédie en deux actes
- La coutellerie à Gembloux, vocabulaire technologique.

.

Ô M' CHÉR DJIBLOÛ
 
Ô m' chér Djibloû, crèchu su l' têre walone ;
Dji t' vwè voltî, d'au pu profond di m' coeûr,
Po bén t' tchanter, dji sin m' vwès qui triyone,
Ô m' chér Djibloû, kèrdjî d'ans et d'oneûrs.
 
Ô m' chér Djibloû, quand li vèrdeû novèle,
Vint Pinde ses fouyes aus ârbes di nos djârdéns,
Èt qui l' bon tins spaud ses fleûrs les pu bèles,
Ô m' chér Djibloû, come mes ouys t' inmnut bén.
 
Ô m' chér Djibloû, tot stauré su les tiènes,
Quand ti t' èdwas, autoû di t' vî clokî,
Pa tos les tins, qu'i nîve ou qu'i féye tiène,
Ô m' chér Djiblou, dj'a bon di t' vôy sokî.
 
Ô m' chér Djibloû, quand l' solia ti rèvèye,
Èt spaud doûçmint si clârté et s' tchaleûr,
Ti ris, ti tchantes, tes garçons et tes fèyes,
Ô m' cher Djibloû, sont vayants clins l' labeûr.
 
Ô m' chér Djibloû, dj' a tot l' cwâr qui frumejîye,
Quand dji ti rvwè, nauji d' t'awè quité,
Dji m' drèsse d'au lon, po ti rtrover abîye,
Ô m' chér Djibloû, et dj' bré di binauchté.
 
Ô m' chér Djibloû, tes èfants ont fét l' guêre,
Quand li bourdon a soné li dandjî,
I sont st-èvôye, ni sondjant qu'à l' victwêre,
Ô m' cher Djibloû, boket di m' chér payis..
O MON CHER GEMBLOUX (Trad. H. Therasse-Brichart)
 
O mon cher Gembloux, grandi sur la terre wallonne ;
Je te vois volontiers au plus profond de mon cœur,
Pour bien te chanter, je sens ma voix qui tremble,
O mon cher Gembloux, chargé d'ans et d'honneurs.
 
O mon cher Gembloux, quand la verdure nouvelle,
Vient pendre ses feuilles aux arbres de nos jardins,
Et que le bon temps répand ses fleurs les plus belles,
O mon cher Gembloux, comme mes yeux t'aiment bien.
 
O mon cher Gembloux, tout étalé sur les coteaux,
Quand tu t'endors, autour de ton vieux clocher,
Par tous les temps, qu'il neige ou qu'il fasse tiède,
O mon cher Gembloux, j'ai bon de te voir dormir.
 
O mon cher Gembloux, quand le soleil te réveille,
Et répand doucement sa clarté et sa chaleur,
Tu ris, tu chantes, tes garçons et tes filles,
O mon cher Gembloux sont vaillants dans leur labeur.
 
O mon cher Gembloux, j'ai tout mon corps qui frémit,
Quand je te revois, fatigué de t'avoir quitté,
Je me dresse de loin, pour te retrouver vite,
O mon cher Gembloux et je pleure de bonheur.

O mon cher Gembloux, tes enfants ont fait la guerre,
Quand le bourdon a sonné le danger,
Il sont partis, ne songeant qu'à la victoire,
O mon cher Gembloux, morceau de mon cher pays

Ô grand Sint Nicolès
 
Ô grand Sint Nicolès
Mwinrnant vosse gros baudèt
Dji  vos vin fé m’ priyêre
Fwârt simpe èt fwârt sincêre.
Dj’a audjoûrdu noûv ans,
Dji so-st-on sâdje èfant,
Dji n' di jamais pont d' minte,
Dji n' faî jamais pont d' frinte.
 
Vunoz, vunoz Sint Nicolès...
Ô grand Sint Nicolès
Arètez vosse baudèt.
Dji d’mande one bèle tchèrète
Avou tch’fau èt sèlète,
Dès crins d’ chocolat,
Dès boules, on oup-la-la
Et pwis one cârnassiére
Pus grande qui l’ çune di m’ frére.
 
Mèrci Sint Nicolès, voci po vosse baudèt,
Do foûre avou d’ l’awin.ne
Po l’ payi di sès pwin.nes.
Lèyîz d’ costé Fwètârd
Po lès mèchants gayârds...
Ç‘ sèrè leû pénitince
AI place dèl récompinse !

Mèrci, mèrci, Sint Nicolès !

Secrétariat :
Véronique Gourdin
via
info @ crahg.be
C.R.A.H.G. ASBL
Maison du Bailli
Parc d'Epinal
B 5030 GEMBLOUX
Retourner au contenu