Célébrités - Cercle royal 'Art et Histoire' de Gembloux

de Gembloux
Art et Histoire
Cercle royal
Aller au contenu

Célébrités

Patrimoine
Sigebert :

Né vers 1030, il est placé, enfant, à l'abbaye de Gembloux où il reçoit une formation de qualité. Il enseigne à Metz, une vingtaine d'années, puis à Gembloux jusqu' à sa mort en 1112. Surtout, il mène une intense activité d'écrivain, allant de l'hagiographie (dont la vie de Guibert, le fondateur de l'abbaye) à l'histoire (une histoire de l'abbaye de Gembloux et surtout une monumentale chronique universelle) en passant par des écrits polémiques contre les papes (consulter sur ce site la partie "histoire" et la partie "souvenirs").  
Son oeuvre répond à des questionnements très modernes : ceux du sens de l'Histoire et de la nécessité d'une structure politique supranationale.



Michel Reinchon :

Né à Temploux, vers 1560, curé de Bossière, il se montre  résolu à occire Maurice de Nassau, chef de la rébellion contre l'Espagne, et met, littéralement, ses affaires en ordre en rédigeant un instructif carnet des rentes de sa cure, puis prend la route des Pays-Bas. Trois mois de folle équipée le mènent à l'échafaud. Il est exécuté à La Haye, en juin 1594.




Phocas Lejeune (1823 - 1881)
et Guillaume Fouquet (1822 - 1902)
  
P. Lejeune fut le premier directeur de l'Institut agronomique, de 1861 à sa mort. C'est à lui, tout autant qu'à son sous-directeur G. Fouquet, qui d'ailleurs lui succédera en 1881, qu'on doit la réussite du projet d'établissement d'un enseignement supérieur agricole qui jusque là peinait à démarrer en Belgique.




Joseph Denamur :

 
 
Fils aîné d'un cultivateur ernageois, Denamur fit carrière dans l'administration des chemins de fer dont il fut directeur de service. Par un testament daté du 2 juillet 1908, il légua 1.500.000 francs de l'époque, soit les deux tiers de sa considérable fortune, dans le but de créer et entretenir un orphelinat situé à Gembloux et destiné aux enfants des agents subalternes de l'Etat domicilés dans la province ou le canton de Perwez.
 
La fondation Joseph Denamur a aujourd'hui plus de 100 ans. elle a évolué en fonction des changements de société mais est toujours très active.


Félix Sellier :

Né à Spy en 1893, septième des treize enfants d'une famille laborieuse, il entame, dès 1909, une carrière de coureur cycliste qui lui vaut d'emblée une belle série de succès. Il en est au compte appréciable de 138 victoires lorsque la guerre vient interrompre son élan. Il s'agissait jusque là de courses d'amateurs qui ne lui rapportaient pas assez pour quitter son métier de mineur.  
En 1919,  Félix s'achète enfin un vélo personnel (auparavant il en louait un) et commence à se forger un palmarès enviable. Plus petit que la moyenne des cyclistes, mais râblé, il excellait dans les courses d'endurance. C'est ainsi qu'il remporta trois fois Paris-Bruxelles et une fois Paris-Roubaix, trois étapes du Tour de France et deux championnats de Belgique.  Pas vraiment taillé pour le sprint, il échoua plus souvent qu'à son tour à la deuxième place et remporta de nombreuses  places d'honneur dans les courses classiques aussi bien qu'au Tour.
Il mit un terme à sa carrière en 1930, ayant totalisé 31 victoires parmi les professionnels, plus même en comptant les victoires qu'il remporta en tant qu'isolé, parce qu'il n'a longtemps appartenu à aucune équipe, ne pouvant compter que sur ses propres forces.
Que pouvait-il rêver de mieux, à l'heure de la retraite, que d'ouvrir un magasin de cycles ? Ce fut place de l'Orneau , d'abord près de l'entrée de la rue du Moulin, puis à l'opposé, à côté de son café qui faisait le coin avec la rue Théo Toussaint. Il nous a quittés en 1965.
En illustration : la photo qui trônait dans son magasin.

 
.


André Henin :

Né à Han-sur-Lesse en 1924. Diplômé en Philosophie et Lettres, il est d'abord professeur de français, mais il désire une paroisse. Il reçoit en 1972 la charge de curé-doyen de Gembloux,  qu'il assumera jusqu'en 1991 quand, malade, il prendra une retraite encore active à Rochefort.
Doué de densité humaine et spirituelle, il était un grand communicateur, capable de différents registres, humoriste et boute-en-train à ses heures, à l'écoute d'autrui toujours, poète et conteur sensible aussi, avec une prédilection pour la langue wallonne. La quasi totalité de ses œuvres est parue dans les Cahiers wallons, de 1973 à 1994.
Il est mort en 1993, au terme d'un séjour au Foyer Saint-François de Salzinnes qu'il appelait non sans humour - et profondeur - un lieu important de sa vie.




William Cliff  :

De son vrai nom André Imberechts. Né et ancré à Gembloux, quand il ne parcourt pas le monde. Auteur d'une oeuvre, essentiellement poétique, qui lui vaut nombre de prix de première importance (Voir ce site, partie "histoire" année 2015).
Grand Prix de poésie de la Société des gens de lettres,
Grand Prix de poésie de l'Académie française,
Prix Roger-Kowalski,
Prix quinquennal de littérature,  
Prix Goncourt de la poésie.


Secrétariat :
Véronique Gourdin
via
info @ crahg.be
C.R.A.H.G. ASBL
Maison du Bailli
Parc d'Epinal
B 5030 GEMBLOUX
Retourner au contenu