Jean de LATHUY - Cercle royal 'Art et Histoire' de Gembloux

de Gembloux
Art et Histoire
Cercle royal
Aller au contenu

Jean de LATHUY

Patrimoine

Jean de Lathuy est né à Gembloux, le 8 novembre 1905. Il fut avocat et ancien Substitut du Procureur du Roi.
Il débuta dans la littérature wallonne vers 1927, et s'efforça d'apporter une note nouvelle : la note chrétienne et à conserver la simplicité de style qui convient au wallon, parler essentiellement populaire et démocratique.
Ses œuvres sont émaillées d'un bon nombre de mots désuets et en voie de disparaître, tout en étant spécifiquement wallon.
Il possède à un haut degré les qualités qui font le poète lyrique.
Nous citerons parmi sa production :
Li tchmén del crwès en 14 sonnets, Les quénze misères du Rosaire en 15 poèmes, Les sept pètchis capitaus en 7 sonnets (1937), Les tchèts, Niûts d'awouss, Djalée, L'warmaye, sonnets ; Li pèchon èt l'govion, Li pourcia, L'gate èt l'bèdo, Li cwarbau, Li pèchon èt l'pècheu (1941), fables; Les vis djardens, Les bias sègneurs do vis tinps, Les passions, Li sinte Cine, L'abîye di Djiblous, Li Nûton, Les rouwales, L'ome èt l'pidfortchu, Autone (1938), poèmes.
Il a fait paraître, en 1930, un fort recueil de près de 60 poésies diverses sous le titre "Les djardéns Sins vôyes".
Il décède à Gembloux en 1998.


Voici un sonnet extrait des Djârdéns Sins vôyes :
Solia d'iviêr :

Li Sambe èmwin.ne ses longs batias
Ridant su l'éwe man.nète et basse,
Des vîyès pîces qui l' vint trècasse
Sètchnut, pindeuwes su les cwardias.

Là-hout gn-ârot-i on rèstia
Qui ran.ne saquants blankès fènasses
Avou one djon.ne mèchneûse qui passe
È spaurdant des banses di solia?
 
Les aubes Sins one fouye su leûs couches,
Come des lîves qui l' tchèsseû dismouche
Chonenut tot bièsses di s' vôy mièmus.
 
Èt dins l'êreû d'on mwès d' julète,
Les waraches sauvèrdias wétnut
L'iviêr qui s' pormwin.ne è purète!



Li Sètyin.me Sitâcion :

Jésus est rodje di five, i tron.ne,
Tot sankènéwe i n'è pout pu
Vos diriz vôy on-ome bèvu:
S' maurtyr ni ratinrit pèrson.ne.

Si coeûr briji, si coeûr li stron.ne
Et sul pavé i tchét stindu.
Dèl tins qu' les coups à rlaye plovnut
Ostant qu' su s' cwâr, è st-âme i son.ne.

Et portant n' ratindoz rén d' mi
Sègneûr po vos rmète su vos pids,
Dji tché quand li diâle mi cohagne.

Vos savoz bén si c'est sovint
Et dji dmèrro todi dins m' fagne
Si vos n' mi tindriz nén vosse mwin.

Lès sôrcîres di Lonzée :
 
Origine : Julia Lalemand-Delmez (t),
ancienne institutrice de l'école communale de Lonzée

Lonzée a stî conu dins l'Bèljique tot-ètîre
Come li vraî payis des sôrcîres.
 
Eles si rachonin.n' dins l'timps passé
D'zos l'gros aube èwou c'qui n'fieûve nin bon passer
On côp qu'èles estîn' en sèyance,
Tchantant, ûlant, riyant en tchêyant dins lès transes.
 
Di-d-là, quand l'clotchî soneûve lès doze côps
Eles si spaurdîn.n' d'dins lès vôyes tot-autoû
Po pwârter one miète d'tot costé leûs ravadjes
Et leûs mwaîs messadjes.
 
Gâre a l'cia, pôve manan qui sôrteut d'on tournant
Il èst vêyeûve ossi rate dès grîjes èt dès vêtes
Dès tièsses di mwârts qui dansin.n' è purête
Et dins lès ayes ètindin.n' dès sonètes.
 
Don-ôte costé, èles s'è purdin.n' aus inocints
En l'zeû tchôkîyant l'five-lin.ne maugré tot lès sints
Qu'on mèteûve pa-d'vant inutilemint.
Eles fwîn-ne sètchi maugré tos lès bons r'mèdes
Lès pus fwârts do viladje supliyîant qu'on lès aide.
 
Dins lès stauves, c'èsteûve one vraîye rèvolucion
Quand on vèyeûve lès vatches danser d'sus leû front
Ou dès pourcias donant leûs djon-nes, lès mindjî "rwed-èt-bon".
 
Fwârt eûreûs'mint, lès guères ont tchèssi les sôrcîres
Et audjourdu... nos plons-è-rîre
D'vant lès pus vîs d'nos-abitants
Qui ont tortos d'pus d'quatre vint-z-ans.
 
Ils ont conu lès pwin.nes èt I'labeûr
Quand c' n'a nin stî lès misérerîyes èt l' maleûr.
Fuchans tortos fiérs di nos vîs sporons
Qui po nos-èlèver, ont mougnî d'pus d' laurd qui d'djambon.
 




Traduction

Lonzée a été connu dans la Belgique toute entière
Comme le vrai pays des sorcières.

Elles se rassemblaient dans le temps passé
Dessous le gros arbre où il ne faisait pas bon passer.
Une fois qu'elles étaient en séance
Chantant, hurlant, riant, en tombant dans les franses.

De là, quand le clocher sonnait les douze coups,
Elles se répandaient dans les alentours
Pour porter un peu tous côtés leurs ravages
Et leurs méchants messages.

Gare à celui, pauvre manant qui arrivait d'un tournant
Il en voyait aussi vite des grises et des vertes
Des têtes de morts qui dansaient en chemise
Et dans les haies entendait des sonnettes.

Par ailleurs, elles s'en prenaient aux innocents
Leur donnant la fièvre lente malgré tous les saints
Qu'on mettait en avance inutilement.
Elles faisaient sécher malgré tous "les bons remèdes"
Les plus forts du village suppliant qu'on les aide.

Dans les étables, c'était une vraie révolution
Quand on voyait des vaches danser dessus leur front
Ou des porcs donnant leurs jeunes, les manger vite et bon.

Fort heureusement, les guerres ont chassé les sorcières
Et aujourd'hui, nous pouvons en rire
Devant les plus vieux de nos habitants
Qui ont tous plus de quatre-vingts ans

Ils ont connu le travail et les peines
Quand ça n'a pas été le malheur et les misères
Soyons tous fiers de nos vieux parents
Qui pour nous élever, ont mangé plus de lard que de jambons.
Secrétariat :
Véronique Gourdin
via
info @ crahg.be
C.R.A.H.G. ASBL
Maison du Bailli
Parc d'Epinal
B 5030 GEMBLOUX
Retourner au contenu