Chantal DENIS - Cercle royal 'Art et Histoire' de Gembloux

de Gembloux
Art et Histoire
Cercle royal
Aller au contenu

Chantal DENIS

Patrimoine
.
Photo Pol Englebert
dèl sicole di walon Lucien Somme

Née le 6 février 1952 à Sombreffe, Chantal Denis débute en 1995 chez les Rèlîs Namurwès, parrainée par Lucien Somme avec qui elle rédige patiemment plusieurs dictionnaires.
Auteur de romans, de livres d'apprentissage, de poèmes, de pièces de théâtre, de dictionnaires, elle remporte de nombreux prix de littérature dialectale.
Membre de la Sociéte de Langue et de Littérature Wallonnes de Liège dès 2002, elle est aussi connue pour ses dictionnaires "d'après Nameur et avaur-là" et son volumineux recueil de "ratoûrnûres".
Elle se consacre à l'enseignement et à la diffusion du wallon. Que ce soit dans ses textes ou ses actions tant pour les écoles primaires de Ligny, son école de wallon de Namur ou ses cours à Namur et Gembloux, elle a l'art de communiquer son souci permanent de la précision et de l'exactitude tant du parler que de l'écrit.


Manuels d’apprentissage du wallon
 ·         Aprinde li walon, do timps pièrdu ? Ê, rastrind (prix Valès 2001)
 ·         Po-z-è v’nu à d’vise (cours de conversation)
 ·         Causer l’ walon comufaut sins mau sins rûse (Scole dès Rèlîs Namurwès, 2001)
 ·         Cours de grammaire wallonne (Scole dès Rèlîs Namurwès, 2002)
 ·         Li walon pate à pate (on coûrs di walon po l’s-èfants di 6 à 12 ans)
 ·         Mès prumîs mots d’ walon (Éditions Li walon è scole, Nameur)
 ·         On n'ècrache nin lès pourcias avou dè l' clére aîwe (grammaîre)
 ·         Fiér d’ièsse Walon (jeu genre Trivial Porsuit)

 Romans
 ·         One maujone sins fènièsse (Prix Durbuy 2001).
 ·         On byin brâve ome, 2002.
 ·         L'uch au laudje, 2003.
 ·         Mi, dji vôreu qu'i ploûreut (prix de la Communauté française, 2003).
 ·         Èt mi dji v' ratindeûve !  2005 (Prix biennal de la Ville de Liège).
 ·         Quî ç' qu'a touwé J.F.K., premier roman policier en namurois, 2006.
 ·         On n' candje nin s' planète !  2007.
 ·         Padri li scwâce, recueil de nouvelles. 2008.
 ·         Bwagnes contes, ou... ?  2009.
 ·         One sâcréye pitite ârsouye. 2010

 Poèmes
          Une vingtaine de chansons traditionnelles adaptées en wallon (Les Cahiers Wallons, 2, février 1998, 17-32 )  
          Fwârt come dès tchnin.nes - Qu'one sitwèle, C.W. 2000, n° 10
 
Théâtre
 ·       Èt awè s’ keûr au laudje, pîce d’on-ake po l’s-èfants (Les Cahiers Wallons, septembre 1999)
         Causez come on v's-a apris (saynète), CW 2001,      n° 1
 
Dictionnaires
·         Dictionnaire français-wallon d’après Nameur èt avaur-là, 2001
·         SOMME Lucien et DENIS Chantal, Dictionnaire wallon-français « d’après Nameur èt avaur-là » [nouvelle édition, Gembloux], 2007.
·         Bèrwètéyes di spots, r'vazîs, toûrnûres èt ratoûrnûres d'après Nameur èt avaur-là, 2010.
  
Parcours wallon
 1996 : entrée au CIWEN (Centre d’information du wallon à l’école en province de Namur) et organisation de tables de conversation en wallon à l’Ecole des Rèlîs namurwès  (sept      96 –juin 98)
 1997 : cours à l’école communale deLigny jusqu’en 2001998 : Entrée aux Rèlîs Namurwès (février 98 à mai 2006)
 1998 : cours 1ère année école RN
 2002 : Entrée à la SLLW (6 février)
         2ème année cours wallon (oct. 2002 – mai 2006)
 2006 : 3ème année cours de wallon (oct. 2006 – mai 2016). Ecole désormais indépendante du cercle Les Rèlîs namurwès.
 Depuis 2012 : Présidence de l’école de wallon qui prend le nom de Scole di walon Lucien Somme.
 Depuis 2014 : cours de wallon à l’Université du Temps de l’âge d’or à Gembloux.


Rin qu’ po veûy...
  
Dj’a stî veûy si
Pus lon qu’ pus lon,
I n’îreut nin mia qu’avaur-ci

On solia qui lûreut po d’ bon
On ciél qui rin n’ saureut nwêri.

Dj’a stî veûy si
Pus lon qu’ pus lon
On n’ tchantereut nin mia qu’avaur-ci
Saquants notes po r’lancî m’ violon
On r’frin po m’ vinu ranaîri.
Dj’a stî veûy
Èt riv’nu d’ bin pus lon...

C’èst véci qu’èlle èsteut, m’ tchanson !
               

 
 
Sombrèfe

 
Con’choz bén Sombrèfe ?
Po l’ jéyografe, c’è-st-in p’tit viladje tot-au d’ dizeû dèl province quand on vént d’ Nameur. In plat tèrin au coûtchant d’in mwès d’iviêr. Ène têre di dîs sèt’ cints bounîs po nén d’dja trwès mile djins. In payis d’ bounès têres aurziyasses.
 
Po l’ cia qui mwin.ne ène auto, ci sèrè l’ viladje al cwane do In.naut èt do Roman payis d’ Brabant, à tch’fau su l’ tchaussîye di Nivèle, passé l’ crwèsemint avou l’ vôye qui va d’ Djibloû su Châlèrwè.
 
Po l’ fougneteû, Sombrèfe ? Ène têre à studî. On pout acèrtiner qu’ gn-a yeû dès bâtisses timps dès Romins. Li tchaussîye qu’on lome « romin.ne » li truvièrséye èt di d’la, saquants tch’méns ont stî afroyîs dins lès bwès po fé skèpî « Lès Brouwêres », « L’Eûchêre », « Li Sârte »… Li campagne dèl Sârte… C’è-st-à ène ascauchîye di d’ véla qu’on-z-a r’trové ène fosse qu’on-z-î a faît brûler in mwârt. Vîye acostumance di cès trèvins là. On ’nn’a r’ssatchî foû dès vâses, dès-èpingues èt dji n’ ti sé co tot qwè.* Nén do mwârt, don vos-ôtes ! Dè ’tombe, bén seûr !
 
À Tchèsseliyon èto, on-z-a discouviu dès vîs cayèts di ç’ timps là.  Tchèsseliyon ? … Tchèsse – liyon ? Non.na, ê, vos ! Tchèsseliyon, c’è-st-in mot qu’ vént d’ « castellum », ène sôte di tchèstia, dandj’reû, qu’a stî bâti timps dès Romins ou quétefîye minme timps dès Gaulwès, parèt.*
Mins lèyan.n’ là nos ratayons ou bén dins chîs mwès, ç’ sèrè co l’uviêr !
 
Po l’ cia qu’ situdîye voltî l’istwêre, Sombrèfe vént do mot cèlte Sombriva, li nom do richot, ou pus rade yink dès richots, qui trèvautche lès patures d’avaur-là. Wèyoz bén qui, sins r’monter jusqu’à Matîsalé, Sombrèfe a vèyu l’ djoû gn-a dèdja fwârt longtimps. Mins çu qu’i studîyerè surtout, nosse syincieûs, c’èst l’ tchèstia dèl mwèyèn-âdje. In tchèstia dèl deûzyinme mitan do dozyinme siéke, parèt-i. In tchèstia qu’èst co bia… mins qu’ n’èst pus t’t-à faît come di ç’ timps là, pinsez bén ! Qwè ç’ qu’il a di spéciâl ? Deûs donjons ! Il a stî bâti au mitan d’ frèchaus mins asteûre, c’èst dès bons pachis. Après awè stî l’ maujone di monsieûs èt d’ monsurlèts, il a div’nu ène cinse.
Louwis quatôze a lodjî dins sès meurs ; sès sôdârds, todi.
Dimèré longtimps vûde, il a stî dérènemint racheté èt ragricheté pa on médecén flamind. Tènawète in côp, on l’ sét visiter ; ôtrumint, il èst sèré po lès tourisses.
 
Dji v’s-a causé dèl’ tchaussîye di Nivèle. Savoz bén qui c’è-st-ène di nos pus vîyès vôyes ? On-z-è causéve dèdja au trêzyinme siéke ! Mins à ç’ momint là, ci n’èstéve qu’in tchèrau, bén seûr !
En dîs sèt’ cint èt yink, su l’ place do Stin, gn-avèt ène taudje po l’ male-posse.
Qwè ç’ qui dj’ vos dîréve co bén ? A, ayi, qu’i-gn-a ène masse di amias : Vîye Maujone, Ârdènèle, al Cwane do Bwès, aus Brouwêres, Crwès brûléye, al Gofe, Gironfontin.ne, Vèvî Anon, Vivrou, Otiamont, Scoûrmont, au Vénérâbe, au d’dibout do monde, aus-Urchèts, au Stin, al Tchapèle Mamezèle, au Sombu, al’ Potrîye èt vos ’nn’âroz.
 
Sombrèfe, c’è-st-à in côp d’ boulèt d’ Lignè (gn-a todi yink dins l’ meur dèl çumintiére) èt brâmint dès-omes, dès vîs come dès djon.nes, ont stî èbrigadés d’ fwace po copler Napolèyon.
Dji n’ l’a nén faît trop longue su l’ mwèyèn-âdje anawêre, mins i vos faut sawè qu’ Sombrèfe èsteut paurtadjî ètur li comté d’ Nameur èt l’ duché d’ Brabant. Il a falu ratinde lès Francès po rachèner tos nos amias po ’nnè fé in seûl viladje sititchî dins l’ province di Nameur.
Nosse walon, c’èst do walon d’ Nameur (centre wallon) mins qui s’ rissint ène miète do walon d’ Châlèrwè èt do cia do roman payis.
En dîj noûf cint sèptante sèt’, Sombrèfe a r’pris pad’zo sès pènas lès viladjes di Lignè, Tongrène èt Bwagnéye.
 
Mins por mi, Sombrèfe, ci sèrè todi èt fwârt avant l’ viladje qui m’ pa, mi pârin èt tote li parintéye do costé di m’ papa î ont v’nu au monde. Sombrèfe : mès racènes.
 
Scrît dins l’ lingadje di Sombrèfe en 2006.
 
* rissatchî foû di « Sombreffe – Maurice Léonet – Mémoire du Passé, s.l.n.d. »

Secrétariat :
Véronique Gourdin
via
info @ crahg.be
C.R.A.H.G. ASBL
Maison du Bailli
Parc d'Epinal
B 5030 GEMBLOUX
Retourner au contenu